Définir correctement le terme DNVB est une question délicate tant les formes d’entreprises sont variées. Nous pouvons convenir qu’il s’agit d’un modèle d’entreprise à la fois direct to consommateur et digital qui simplifie tous les flux, qu’ils soient d’informations ou physiques.

Ce modèle agile participe à l’émergence très rapide de marques engagées.

En toute transparence, voici la petite histoire derrière la marque Tediber et derrière France DNVB.

En Janvier 2015, lorsque nous travaillions, avec mes associés, sur notre plateforme de marque, notre point de départ était celui-ci: le matelas est le produit le plus important de nos vies (nous y passons ⅓ de nos vies et le gardons plus de 10 ans) mais c’est pourtant un produit très éloigné du consommateur.

Notre mission doit être de le rapprocher et de créer la confiance qui manque entre le produit et le consommateur.

Alors pour trouver la bonne marque, nous avions établi un brief en quatre points :

1. Notre marque doit évoquer la bienveillance, valeur cruciale qui manque singulièrement dans cette industrie

2. Nous voulons créer de la proximité, de la connivence avec nos clients en personnifiant le matelas pour le rapprocher du client.

3. Nous voulons remettre le client au centre en simplifiant l’achat avec un prix accessible, une gamme compréhensible, une technique irréprochable, une livraison rapide, la possibilité d’essayer et un look moderne. Avec l’objectif de ressentir toutes ses qualités dans le nom.

4. Nous voulons une marque qui évoque la simplicité, le naturel, comme un retour à l’essentiel, un « il en faut peu pour être heureux ! » du Livre de la Jungle.

Après le lancement de Tediber en novembre 2015, il m’est apparu que notre démarche n’était pas solitaire : elle était semblable à de nombreuses autres initiatives, elle était commune à une variété invraisemblable de start-ups qui venaient bousculer des marchés  traditionnels : Le Slip Français, Sezane, Jimmy Fairly, Le Pantalon, Tip Toe, Bergamotte, Gemmyo et bien d’autres.

Par la suite, nous avons compris que les américains parlaient de nous avec l’acronyme DNVB : Digital Native Vertical Brands, que nous avons bien vite adopté malgré son apparente complexité.

Bien que différents, nous revendiquons tous un changement d’approche sur des marchés établis, guidés par des valeurs fortes, en proposant une expérience client fluide et sans friction, un produit adapté aux nouveaux usages et une relation directe avec nos clients.

Très vite, il nous semblait évident que nous avions des informations, méthodes, conseils à partager, des idées à véhiculer et des messages à diffuser conjointement pour les porter plus loin. Ces objectifs sont à l’origine de notre initiative, la création de France DNVB, collectif créé par des DNVB françaises pour participer à la promotion et à l’évangélisation du modèle ; une sorte d’espace de partage de bonnes pratiques mais aussi un outil de pédagogie autour de notre modèle et de ses vertus.

France DNVB milite pour faire comprendre de façon détaillée les subtilités et les piliers d’un modèle souvent mal compris et réduit à celui de la verticalité ou du commerce en ligne.

Evidemment la verticalité ou la vente directe existe depuis longtemps : Zara, H&M, Ikea ou Maison du Monde ne vendent que leurs propres produits, par opposition aux distributeurs multimarques qui sont distributeurs uniquement.

Toutefois les DNVB sont moins hégémoniques, ont des catalogues moins larges concentrés sur une catégorie de produits spécifiques, sur une cible d’utilisateurs précise qu’elles séduisent principalement en ligne en créant des communautés engagées.

De la même manière, la fonction E-commerce des DNVB est un pilier parmi d’autres : si elles sont nées en ligne avec le commerce digital comme premier canal, beaucoup de DNVB cherchent à créer encore plus de proximité avec leurs clients, en les impliquant dans leur développement et leurs innovations, en animant la communauté de clients ou encore en développant des lieux physiques, prolongement logique du modèle dans "la vraie vie".

Pour nous, participer à l’émergence de nouvelles DNVB ou contribuer à faire la pédagogie du modèle, c’est secouer le paradigme du moment et participer à une sortie de l’ère industrielle telle que nous la connaissons. Nous pensons que le modèle peut faire évoluer les marchés, les industriels, les marques traditionnelles et les esprits.

Julien Sylvain, fondateur de Tediber et co-fondateur de France-DNVB